Informations concernant le dispositif « Fond pour les précaires »

Unia se réjouit de l’approbation du projet de loi sur l’indemnisation pour perte de revenus liée au coronavirus et salue la décision du Grand Conseil même si elle reste lacunaire. Comme Unia l’a relevé depuis le début de la crise sanitaire, des milliers de personnes se retrouvent aujourd’hui dans une grande précarité, car aucune autre mesure sociale ne permet de les indemniser.

 

Qu’est-ce que ce fond d’aide ?
C’est une indemnité cantonale qui permettra aux personnes, avec ou sans statut légal, qui ont perdu une partie ou la totalité de leur revenu durant la crise sanitaire et qui n’ont pas eu le droit de toucher le chômage (ou d’autres types d’indemnisations dans le cadre de la crise tel que les RHT ou l’aide sociale) de se voir verser un revenu de substitut à hauteur de 80% du dernier revenu mais plafonnée à 4000 CHF pour une durée de deux mois maximum.

A qui est-il adressé ?
Cette indemnitépourra être perçue par toute personne qui peut démontrer une perte de
revenu liée au Coronavirus et qui répond aux critères suivants :
- Résidence à Genève depuis une année
- Exercice d’une activité lucrative (minimum depuis 6 mois)
- Perte de revenu pendant la crise sanitaire

Qui va mettre en place le dispositif ?
Unia a travaillé de concert avec d’autres syndicats et associations pour le lancement de cefond d’aide. Cette plateforme d’organisations va poursuivre son travail et assurer sa mise en oeuvre concrète, dont les modalités pratiques seront annoncées sous peu.

Appel aux militant-e-s et bénévoles
Les modalités d’application du fonds d’urgence ne sont pas encore claires, mais il est
fort probable que nous aurons besoin de militant-e-s ou bénévoles pour aider à la
constitution des dossiers de demandes d’indemnité cantonale.

Nous vous invitons d’ores et déjà à nous envoyer un email à nadine.frei[at]unia.ch
si vous souhaitez vous proposer comme bénévole. Nous vous informerons de
votre éventuelle participation au dispositif de mise en oeuvre dès que nous en
connaîtrons les contours.


N’hésitez pas à parler à votre entourage ! Soyons solidaires !